Le compact étanche Olympus Though TG-5 en usage naturaliste,
avec focus bracketing automatisé

J'ai acheté un de ces appareil en décembre 2018 alors qu'il est sorti et a été testé en 2017. J'ai profité d'un modèle noir neuf, mais fin de série à 65% du prix neuf à sa sortie.
Il m'avait été vanté ainsi que ses prédécesseurs TG-3 et TG-4 par plusieurs mycologues et bryologues pour sa robustesse et sa facilité d'usage, ainsi que pour sa fonction "microscope" (en fait proxi à vraie macro en équivalent 24x36 ). Les tests sur internet sont bons en général:  https://www.commentchoisir.fr/test-Olympus_Tough+TG-5.htm
C'est en effet un compact qui tient dans une poche et je n'avais plus de représentant de cette famille d'appareil depuis mon canon ixus de 2001.

Celui ci avait une définition de 2Mpx, alors que 15 ans plus tard, cet Olympus a un capteur 6 fois plus fourni avec 12Mpx. Cela montre bien l'évolution alors qu'il faut avouer que la famille compact a été remplacée pour beaucoup d'usages par les téléphones portables à fonction photo.

Mais ce compact a pour lui, en plus sa robustesse;
pour une taille plus faible que celle d'un téléphone, mais une épaisseur plus grande avec un objectif plus prohéminent, (mais zoom 4x de 4,5 à 18mm de focale, 25 à 100mm en équivalent 24x36  ).

L'objectif porte une baïonette qui permet de fixer des accessoires (diffuseur de flash en particulier voir pub/test https://cameras.olympus.com/tg4fd1review/en/ ). Avant ces accessoire LG-1 et FD-1, j'ai acheté d'abord une bague pour disposer d'un filetage de 40,5mm et pouvoir mettre un bouchon.
Mon Olympus TG-5

Cet appareil  est étanche par construction alors que je mettais mon ixus dans un caisson. (toutefois pour les longues plongées et le passage en profondeur, un caisson est vendu en accessoire par Olympus)
Mais c'est un avantage pour les activités sportives et pour des images depuis la surface. (mème si je possède déja un hybride Nikon AW1, également étanche par construction, mais plus volumineux ). La qualité sera aussi supérieure à celle de bien des téléphones, grace à un vrai zoom, mème si le capteur est encore de petite taille.

Mais c'est surtout les possibilités novatrices dans le domaine de la photo rapprochée qui m'intéressaient avec les fonctions de focus stacking et focus bracketing qui ont été pour la première fois mise à dispositon des utilisateurs sur l'ancètre de  ce compact, bien avant la sortie d'hybrides Olympus à fonctions équivalentes, puis de boitiers d'autres marques.
Je les ai testées pendant une journée très sombre fin décembre 2018  lors d'une sortie en forèt d'Auxonne sur des thalles de Xylaria hypoxilon sur une souche moussue.


Fonction macro ("microscope" )
La plage de mise au point et assez étendue en usage normal avec un champ minimum de 12cm au grand angle et de 4cm à fond de zoom, soit presque un équivalent 24x36 de 1x, utile pour de la proxi d'insectes. la distance de travail est alors de l'ordre de 10cm.
Mais une position de la molette des modes porte un symbole de microscope. Elle permet une mise au point très rapprochée avec la totalité de la plage des focales. Cela autorise un champ de 32 à 8mm de coté, donc un rapport équivalent 24x36 appproximativement de 1x à 4x !! soit bien supérieur à la position macro de bien des objectifs de reflex.
La distance de travail est alors très courte: juste 1 ou 2 cm entre l'objectif et le sujet. Cela risque de poser des problèmes d'ombre portée et il faudra un accessoire
Le petit capteur entraine une profondeur de champ élevée mème à pleine ouverture.  La gamme d'ouvertures va d'ailleurs de F:2 à F:8 ou de F:4,9 à F:18 selon la focale du zoom en prise de vue.
F2-3
F:3,2
F6-3
F:6,3
Un mode "A" permet la gestion de l'ouverture avec une molette, mais c'est  limitée à f/2, f/2,8 puis immédiatement f/8 sans les ouvertures intermédiaires f/4 et f/5,6 en position grand angle. Idem à fond de zoom où seules les ouvertures f/4,9, f/6,3 et f/18 sont accessibles. 


Fonction "focus bracketing"
Les 2 mains calées tenant l'appareil, en position microscope, une fonction permet de réaliser des séries de photos à mise au point étagées en quelques ssecondes. L'appareil fixe seul le point de départ de la série et l'utilisateur choisit à l'écran en cessant d'appuyer sur le déclencheur la fin de celle ci.
Voici une sélection de 6 images significatives d'une série de 29 commencant avant le sujet  et terminant au dela des arbres en arrière plan. La pleine ouverture F:2,3 est sélectionnée.
8e
8e (vrai premier plan )
13e
13e
16e
16e (sujet principal )
18e
18e
21e
21e (arrière plan des mousses )
27e
27e (arbres en arrière plan)
Et voici l'image zédifiée par Helicon focus à partir d'une série de 20 images
zédification 20 images
C'est net du premier plan à l'infini.
détail échelle 1 zédification
Il y a relativement peu de halo entre les zones sur différents plans.

Fonction "focus stacking" = mode hyperfocus = zédification par l'appareil
une position du mode "microscope" permet l'assemblage automatique de 8 images à mise au point échelonnée par le processeur de l'appareil
TG-5 focus stacking
Le logiciel fait assez bien le travail. C'est pratique de ne pas avoir à encombrer sa carte mémoire avec toute la pile et à ne pas avoir à faire le calcul avec un logiciel ad hoc,
mais à l'échelle 1 sur écran (affichage 100% ) les limites du logiciel intégré apparaissent avec un halo autour de certains détails du sujet et avec moins de progressivité dans la netteté avec 8 images par rapport à 20 en mode focus bracketing +  logiciel externe pour la zédification.
fs intégré échelle 1

Mon avis:
Cet appareil est un bon compact baroudeur et ses fonctions dédiées macro en font un remarquable appareil pour les naturalistes, amateurs par définition de sujets de petite taille.à regarder à la loupe. Le focus stacking intégré est pratique, mais les perfectionnistes préfèreront utiliser la fonction de  focus bracketing qui permet plus de controle sur la qualité du résultat.
Le fonctionnement en tout autocro est aussi une limitation.

Daniel NARDIN
30 décembre 2018
Suite des tests:
Après ce premier test, quelques jours plus tard, la lecture du manuel m'a fait découvrir de nouvelles possibilités.
Il faut dire que l'ergonomie des menus n'est pas toujours intuitive et par exemple, je n'ai pas vu tout de suite qu'il y avait un menu à l'appui de la touche ok!
J'ai découvert par exemple  des gadgets plus habituels sur les smartphone comme la présence d'un affichage de boussole avec la fonction GPS et horloge! ou encore la possibilité de s'éclairer avec la led de l'appareil.

J'ai poursuivi le test terrain avec quelques images de bryophytes en focus bracketting à main levée
H.cupressiforme TG5
Hypnum cupressiforme pile de 16 images
Conocephalum TG5
Conocephalum conicum pile de 15 images
Metzgeria TG5
Metzgeria pile de 21 images
Les résultats montrent que c'est possible d'opèrer à main levée en étant calé. Mais je pense que les images  seraient meilleures avec plus de lumière et sur pied.
La led de l'appareil est un plus en proxi, mais n'éclaire que le coin supérieur gauche de l'image aux plus  forts grandissement ci dessus. 

En effet, un problème de cet appareil est la très faible distance de travail (de l'ordre du cm ) à ce grandissement. Cela rend difficile l'éclairage du sujet.

On peut envisager des éclairages externes du type panneau de LED testé avec Fred, ou simple éclairage led à 2 flexibles ci contre en intérieur.

Je vais me procurer pour les  essayer les accessoires  olympus proposés: couronne pour led LD-1 ou anneau pour flash FD-1, mais j'ai peur d'une trop faible puissance ou d'une gène pour la visée dans le cas du flash...

Pour l'instant, j'ai testé en particulier la télécommande par smartphone via wifi et le logiciel olympus Oi share.
C'est un peu compliqué à mettre en oeuvre par rapport à un simple cable de télécommande à l'ancienne, mais cela fonctionne et cela permet d'utiliser l'appareil sur pied avec de basses vitesses en focus bracketing ou focus stacking.
On peut aussi imaginer faire de l'affut d'insectes en déclenchant depuis une  distance raisonnable.
oi share et TG5

Conocephalum conicum TG5 max Focus stacking
Voici une image de surface du thalle de l'hépatique Conocephalum conicum réalisée dans les conditions ci dessus, au maximum de grandissement, (champ de 8mm de large ) en focus stacking par l'appareil et déclenchement par ordiphone servant de télécommande.

Les cellules du végétal sont résolues. Elles ont de l'ordre de 0,1mm et cela place cet  appareil photo compact  baroudeur dans la catégorie  des microscopes, qui sont définis par certains comme des appareils permettant de voir des détails non visibles à l'oeil nu!
Cela justifie le petit symbole de la roue des modes de prise de vue de l'appareil que j'avais trouvé exagéré dans un premier temps!






Daniel NARDIN
5 janvier  2019
Réflecteur diffuseur flash FD-1:
J'étais curieux des possibilités de cet accessoire décrit sur le site Olympus. Pour voir, j'en ai acquis un!
J'ai constaté son manque d'intérèt pour les distances de mise au point élevées et mème pour les premières positions "microscope".
Il ne va permettre une  lumière mieux répartie et sans gradient du haut à gauche vers le bas  droite sombre que pour les rapports les plus élevés (champ de 15 à 9mm).
sans diffuseur avec diffuseur flash
Cela apparait bien sur ces 2 images de corbeilles à propagules de Lunularia cruciata  ( gauche sans FD-1; droite avec FD-1; les 2 images au flasch F/14 1/100e )
C'est donc un accessoire qui a son utilité à fort grossissement, mais qui, à un prix d'une cinquantaine d'euros, est couteux pour les services qu'il rend.
Un système d'éclairage à LED sur 2 flexibles, avec 4 piles, ref. Travor ML-2D, qui ne coute que une vingtaine d'euros me semble tout autant utile.
De plus, il permet la visée en ambiance sombre. Mais il est encombrant.
éclairage Led
Cet éclairage LED a été utilisé pour la photo ci contre à droite
(Les 3 images à main levée;  avec système leds F/4,9 1/40e )
lumière LED

15 janvier 2019

Tests subaquatiques à faire:
Dans la famille des petits photoscopes "baroudeurs" et étanches jusqu'à 15m, il y a peu de représentants.
Il y a une concurrence du coté des caméras sportives (= action cam )  type gopro ou Olympus TG-tracker,  mais il s'agit d'appareils prévus surtout pour la vidéo et les ambitions sont en dessous au niveau photo.
Je possède un hybride Nikon AW-1, mais c"est un modèle discontinué et sans successeur chez Nikon.
Leica propose un modèle compact (objectif de focale fixe, non interchangeable), le X-U, vanté par "Maraussan" sur le forum "le naturaliste" , mais au prix Leica particulièrement élevé!!
Je propose un tableau comparatif de ces 3 modèles:
(pour plus de choix, ex Nikon coolpix W300, Ricoh WG-50, voir https://www.imagenumerique.fr/meilleurs-appareils-photo-etanches/ )
Olympus TG-5 Nikon AW-1 Leica X-U
définition du capteur
taille capteur, proportion du 24x36
optique focale + (éq. 24x36 )
ouverture maxi
possibilités macro
modes, menus

encombrement

prix

12Mpx      
1/2,3 pouces ( /4 par rapport à 24x36 )
4,5 à 18mm ->25-100mm     variation 4x
f:2 à 4,9
éq. 1x au plus près et position macro 1 à 4x
fonctions nombreuses, mais menus complexes
focus bracketing et focus stacking
assez compact pour tenir dans poche

450€  en sortie,
300€ actuellement (TG-6 attendu ?? )
14,2Mpx      
1pouce
 (Nikon Cx,  /2,7 par rapport 24x36)
11-27,5mm -> 30-75mm  variation 2,5x
f:3,5 à 5,6
éq. 0,3x seulement
fonctionnement avec menus, mais assez classique
mode A...
réduit mais objectif prohéminent

discontinué,
mais encore disponible à 510€ (janvier 2019)
16Mpx
APS-C (/1,5 par rapport à 24x36)
23mm -> 35mm eq. pas de zoom
f:1,7
sans
ergonomie traditionnelle manuelle avec 2 mollettes

moyen et objectif prohéminent

3800 à 3250€


A retenir, l'olympus possède plusieurs qualités supérieures pour un prix assez modeste!
Sa supériorité globale est retenue dans ce test : https://cameradecision.com/compare/Leica-X-U-vs-Olympus-Tough-TG-5